phototeque
phototeque6
phototeque5
phototeque4
phototeque3
phototeque1
B601596101MOUR0000002595C
B601596101ICON0000000119C
Cette chapelle a pour origine un double vœu : celui d’un capucin, le père Boniface qui invoque la protection de la Vierge contre l’invasion espagnole en 1636 et celui des attournés (= gouverneurs) accablés par l’épidémie de peste dans leur ville.

L’une des deux chapelles édifiées est consacrée à Notre-Dame de Bon Secours. Ayant bénéficié d’indulgences dès 1639 et de guérisons miraculeuses, celle-ci est témoin d’une grande affluence permettant son agrandissement en 1643, puis son entière reconstruction en 1653.

Outre la famille royale de Louis XIV à Charles X, les pèlerins s’y rendaient durant la neuvaine (= prières) de l’Annonciation. La tradition des processions - interrompue en 1789-  est reprise le 15 août 1945 selon le vœu du conseil municipal, le 25 juin 1944.

Après sa restauration en 1654, la chapelle des Capucins est réunie à celle des attournés située en lisière de forêt. Épargnée par la Révolution grâce à la générosité d’une famille, elle est donnée à la ville en 1980.

D’une grande sobriété, l’édifice comporte un fronton triangulaire à volutes et un clocheton en ardoises. Trois niches abritant les statues de la Vierge, de Saint-Joseph et de Saint Jean viennent compléter l’élévation.

A l’intérieur, on retrouve le tableau de la Vierge au centre d’un retable sculpté en 1654 par Cyrille Billon. Est également exposée une Annonciation de 1737, œuvre de Louis Galloche (1670-1761). Louis Galloche est le professeur de peintres célèbres comme François Lemoyne, Charles Natoire ou encore François Boucher.

La chapelle latérale est consacrée à Sainte Euphrosine dont les reliques sont apportées en 1634 par les religieuses bénédictines.

Des vitraux modernes retracent l’histoire de la chapelle Notre-Dame de Bon Secours.

 

Situé sur la rive gauche de l'Oise, au débouché du confluent de l'Aisne, Compiègne occupe une position géographique enviable qui l'a amené à jouer un rôle stratégique et militaire important. Dès l'aube de son histoire, elle apparaît comme une place forte, ceinte de remparts et de fossés, point de passage vers le Nord et les Flandres durant tout le Moyen-âge.

Les guerres qui déchirent le royaume de France font d'elle un enjeu, parfois essentiel, et contraint la ville à se maintenir en état de défense. Elle doit engager des spécialistes, recrutés à l'année : artilleurs, canonniers, guetteurs, et au XVe siècle des francs-archers. Elle fournit également l'approvisionnement des armées de passage et le logement des troupes.

 

La collection d'estampes des bibliothèques de Compiègne regroupe un peu plus de 2800 pièces.

Nous terminons notre mini-série sur les jardins de l’Oise par une super star : les Jardins de Chantilly, restaurés en 2009.

Nous continuons notre mini-série avec cette fois-ci, un modèle de jardin anglais très important pour l'histoire des jardins : les jardins d'Ermenonville, à 13 kilomètres de Senlis.

Nous continuons notre « mini-série » sur les Jardins de l’Oise avec un jardin à la française : les jardins du château de Liancourt.

Nous n’avons pas pu mettre le chant des oiseaux mais nous vous laissons libres de les imaginer… Bonne promenade…tout près de chez vous !