La paroisse Saint-Germain est la plus ancienne paroisse de Compiègne.

 

Elle fut longtemps la paroisse unique de la ville donnée par Charles le Simple à l’abbaye Saint-Corneille en 917. Un oratoire mérovingien dédié à Saint-Germain d’Auxerre, à proximité du gué sur l’Oise semble dater du 6ème siècle.

En 1199, la création des deux paroisses Saint-Jacques et Saint-Antoine la relègue au rôle de paroisse d’un quartier relativement pauvre.

L’église Saint-Germain a subi d’importantes dégradations durant les sièges de 1414 et 1430. Sa reconstruction très longue démarre avant la fin du 15ème siècle grâce à la souscription d’indulgences.

Le clocher porche fut achevé sous Louis XIII en 1620.

Pendant la Révolution, elle est saccagée et fermée de 1793 à 1801. Sa restauration commence en 1828.

L’édifice comprend une nef de quatre travées avec bas-côtés, un chœur formé d’une travée et d’une abside pentagonale et, en façade, un clocher porche ajouté au 17ème siècle. Si la nef et le chœur ne présentent pas d’intérêt majeur et apparaissent davantage comme un pastiche néo-gothique, il n’en est pas de même des bas-côtés, qui présentent un caractère beaucoup plus authentique.

Les bas-côtés forment l’alignement symétrique de trois pignons dont celui du milieu est le plus élevé.

Les quatre colonnes torses en bois recouvert de pampres, à chapiteaux corinthiens datant du 17ème siècle, proviendraient de l’église des Minimes. Elles se trouvent sous une tribune appartenant sans doute à l’ancien Hôtel-Dieu.

 A l’intérieur de l’église, les statues de Saint-Roch et de Saint-Sébastien placées des deux côtés de l’autel ont été créées par le sculpteur Billon.

Plusieurs pierres tombales ont été sauvées du pillage de l’abbaye de Royallieu.

Après l’ouverture du cimetière Nord, celui de Saint-Germain fut fermé en 1885. Il fut aménagé en jardin d’ornement autour de cette église longtemps située au cœur d’un quartier de cultivateurs et de maraîchers.

Le clocher porche dominait l’ensemble des jardins avant le percement de la rue des Frères Greban vers 1960.

L’église Saint-Germain devient le foyer spirituel des nouveaux quartiers de Compiègne avec la construction des églises Saint-Paul et plus récemment Notre Dame de la Source.

 

B601596101VDC000000197XIIpage162
B601596101VDC000000197XIIpage161
B601596101IMA000033p12C
B601596101IMA000033p11C
B601596101IMA000033p10C
B601596101IMA0000033p9C
B601596101IMA0000033p8C
B601596101IMA0000033p6C
B601596101IMA0000033p7C
B601596101IMA0000033p5C